2020-06-02_I7I3799.jpg

 Espace presse

La Nouvelle Athènes

Extraits de la Presse 

 

28 octobre 2020 - France Musique - Musique connectée - Suzanne Gervais

La Nouvelle Athènes a beau bichonner des pianos anciens, elle vient de lancer sa plateforme de streaming vidéo. Les premiers rendez-vous sont tous consacrés à la musique pour piano de Beethoven.
Egalement, et c’est plus qu’incertain au vu du contexte sanitaire, un festival, un vrai, organisé par le Centre des Pianos Romantiques, doit avoir lieu à Paris, salle Colonne, les 8 et 9 novembre.
Plusieurs rendez-vous sont en tout cas d’ores et déjà en ligne : des masterclasses, des playlists, des vidéos musicologiques, tout public, pour découvrir ou approfondir ses connaissances du jeu musical romantique et plonger dans l’histoire passionnante des pianos du début du XIXe siècle, période foisonnante, tous azimuts, période troublée, intense s’il en fut.

C’est une offre de streaming payante mais c'est un petit investissement qui séduira peut-être les mélomanes les plus passionnés et les pianistes qui souhaitent se spécialiser dans ce répertoire et se frotter au jeu historiquement informé.

Ecouter l'émision : https://www.francemusique.fr/emissions/musique-connectee/une-plateforme-de-streaming-dediee-aux-pianos-romantiques-88190

Juin 2020 – Musikzen  

« On passe ainsi d’un élégant Nocturne sentimental de Czerny à un arrangement par Liszt du célèbre lied Auf dem Wasser de Schubert, jusqu’à Funérailles, septième pièce des Harmonies poétiques et religieuses de Liszt, une marche non moins fameuse conçue comme un poème symphonique, interprétée brillamment par Olga Pashchenko. Si le Chopin des deux Valses op. 69, de la Fantaisie-Impromptu op. 66 et du Prélude op. 28 n° 8 nous est familier, en revanche Edoardo Torbianelli redonne vie à ce rare Thème favori de La Norma de Bellini du Franco-allemand Kalkbrenner (1785-1849) – coqueluche des salons qui impressionna le jeune Chopin. » Franck Mallet 

 

Mai 2020 –  4 Diapasons  

Une critique soulignant  « l'élégance et l'ambiance des salons romantiques favorables aux expérimentations : Olga Pashchenko pousse "le vieil Erard 1838 dans ses retranchements dans les Funerailles de Liszt", Edoardo Torbianelli se livre à "d'originales mais convaincantes oppositions dynamiques dans la Fantaisie-Impromptu de Chopin", Laura Granero"met en lumière quelques contre-points fugaces", l'ensemble Lélio (Benjamin d'Anfray , Lucie Arnal, Roberta Cristini,Jeanne Mendoche) présentent "un dialogue aussi savoureux qu'inattendu de la soprano et de la clarinette" de l'air du Freischutz... » Jérôme Bastianelli

 

Mardi 28 janvier 2020, Le Figaro, Christian Merlin  

«  Des concerts hors des sentiers battus » Faisant preuve d’imagination et de créativité, les producteurs privés proposent d’incroyables projets. 

« … Voici La Nouvelle Athènes, fondée par Sylvie Brély, ancienne directrice de maison de disques qui se passionne pour les pianos d’époque : le week-end d’inauguration du fascinant piano carré Erard de 1806 acquis par son association, du 7 au 9 février (Salle Cortot et Reid Hall), sera le prélude à une série de concerts qui vont enrichir notre connaissance du clavier romantique » 

 

Vendredi 20 décembre 2019, Toute La Culture, Gilles Charlassier 

« Plus que jamais, La Nouvelle Athènes s’affirme comme un creuset de redécouvertes et de partage. » 

 

 

Mercredi 18 décembre 2019, Toute La Culture, Gilles Charlassier 

« Joyau de l’Ecole Normale de Musique, fondée par un des plus grands pianistes et pédagogues français de la première moitié du vingtième siècle, qui lui a d’ailleurs légué son nom, la salle Cortot et son acoustique intimiste, appréciée comme l’une des meilleures pour le répertoire de chambre, accueille en cette veille de fêtes de fin d’année une série de trois concerts de la Nouvelle Athènes – Centre des pianos romantiques, association initiée par Sylvie Brély qui fait revivre, sur instruments d’époque, les premières décennies du piano, et la richesse des expérimentations techniques oubliées par les standards que les grandes salles d’aujourd’hui imposent généralement. Si ce travail de quête d’authenticité est entré dans les mœurs musicales pour le répertoire baroque, il reste encore passablement réservé à la muséographie et à l’enregistrement pour le piano romantique. C’est l’un des enjeux de ce creuset d’artistes, musicologues, luthiers et restaurateurs, que de redonner corps, au concert, à ces couleurs et expressivités au diapason de ce que les compositeurs ont pu eux-mêmes entendre et imaginer – le premier disque enfanté par La Nouvelle Athènes, juste sorti, édité par Son an ero et qui ressuscite une soirée d’un salon romantique parisien sur un Erard de 1838, a d’ailleurs été gravé en public au Petit Palais en juin dernier. » 

 

Lundi 23 septembre 2019, Classicagenda, Julien Bordas 

Lundi 23 septembre, une discrète cour intérieure du XXème arrondissement connaît une effervescence autour du piano. Plus exactement le piano romantique. L’association “La Nouvelle Athènes – Centre des pianos romantiques” s’est installée dans les locaux de l’Arcal (Compagnie nationale de théâtre lyrique et musical) pour quelques heures afin d’évoquer les pianofortes XVIIIème. Les participants sont des claviéristes reconnus : on y croise Martin Gester, Aurélien Delage, Aline Zylberajch, Philippe Grisvard, ou encore Jean-Luc Ho. Facteurs et musiciens complètent l’assistance. 

Objectif de l’association ? Permettre une relecture du répertoire romantique sur les pianos d’époque, favoriser l’accès aux pianistes à des instruments datant de 1750 à 1850, et partager les connaissances en la matière avec le public et entre ses membres. Ces derniers sont constitués de clavecinistes, pianistes, collectionneurs, restaurateurs, musicologues, et mélomanes. 

…. A l’instar d’un orgue, les possibilités de timbres du pianoforte semblent infinies ! Les prochaines rencontres de La Nouvelle Athènes promettent d’être captivantes. 

 

Diapason Février 2019, Dossier pianos anciens, Alain Lompech 

Sa majesté Steinway est-elle en passe d'être détrônée ? De plus en plus de musiciens, collectionneurs ou organisateurs de concerts s'intéressent aux pianos de l'époque romantique et à leurs sonorités singulières. Trois jours de festival, à Paris, témoignent ces jours-ci de cette quête des origines. 

A l'été 2018, le Concours Chopin de Varsovie, le plus prestigieux de tous, se doublait pour la première fois d'une compétition sur pianos anciens appelée à se perpétuer. Pouvait-on imaginer plus éclatant moyen de défendre la cause de ce retour aux sources, dont témoignent aussi les rencontres organisées par la Fondation Royaumont en ses terres du Val d'Oise, comme dans des lieux plus parisiens. 

Festival La Nouvelle Athènes. Paris, salle Cortot, les 2 et 3 février, Maison Heinrich Heine, le 4 février. 

Contact presse

 

Jean-Lin FROSSARD-THOME

jlfrossardthome@outlook.fr

+33 (0)6 59 73 35 26

MMSG101.png
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram

© 2018 La Nouvelle Athènes - Centre des Pianos Romantiques